FRÉDÉRIQUE NALBANDIAN

Avec Pascal Quignard
L’Oreille qui tombe, 
deuxième effondrement

2019 
Seconde performance 
des Ténèbres
Savonnerie du Fer à Cheval, association Voyons-Voir, Printemps de l’art contemporain, Marseille. 
Retraites pacifiques
2017
Sculpture évolutive exposée dans les jardins de la Villa Saint-Cyr, Bourg-la-Reine pendant un an.
Savon coulé à la Savonnerie du Fer à Cheval à Marseille et sculpté.
200 x 46 cm diamètre. 
Vue de l’exposition à Bourg-la-Reine

Texte du catalogue L’envers des roses de l’exposition au Pavillon de Vendôme d’Aix-en-Provence CHEMIN DE ROSES jusqu’au 25 octobre 2020

https://aicafrance.org/category/nouvelles-des-membres/?member=95

https://aicafrance.org/texte-catalogue-frederique-nalbandian-chemin-de-roses-pavillon-de-vendome-jusquau-25-octobre-2020/

Silence, 2020
Photographie Philippe Biolatto, labo photo Ville d’Aix-en-Provence
Silence, détail


Extrait du texte Sur la piste des éléments, CIAC 2012-13 avec Patrick Lanneau.

Sophie Braganti

Frédérique Nalbandian donne de la saveur au savon, restitue au plâtre sec son onctuosité initiale, intègre l’eau à des pièces souvent créées in situ. L’action de l’eau et de l’air sciemment étudiée, presque scientifiquement, fait de ce travail un « work in progress » ; la pièce se transforme au fil du temps, des lieux, des températures. Les sculptures en extérieur sont souvent éphémères ou vouées à la « récupération ». Une sorte de travail en circuit ouvert / fermé. A quoi s’ajoute depuis peu, le jeu des transparences et des lumières dans l’intégration du verre.
La citation attribuée à Lavoisier ne trouve pas mieux son objet qu’ici : « Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme ». De même la référence constante au poète Francis Ponge : « Il y a beaucoup à dire à propos du savon. Exactement tout ce qu’il raconte de lui-même jusqu’à disparition complète, épuisement du sujet. Voilà l’objet même qui me convient ».
L’artiste propose d’élaborer des jeux de passage avec les éléments du bâti du Musée. Elle s’appuie également sur l’architecture du lieu avec ses décors, travaille à partir des médaillons dans l’escalier, transfert d’ombres, jeu des installations avec la pente inclinée du toit, réponses aux moulures, aux fresques et aux bas-reliefs existants.

https://eva-vautier.com/art/frederique-nalbandian/
http://www.frederique-nalbandian.com/bio.html
http://www.documentsdartistes.org/artistes/nalbandian/repro.html

Coulées 
2019, in situ Chapelle des Adhémars, Musée d’Art Contemporain, Montélimar-Agglomération
Savon de Marseille, plâtre de Paris
De 195 à 215 cm HT à 120  x 120  x 35 
Transepts
2019, in situ Chapelle des Adhémars, Musée d’Art Contemporain, Montélimar-Agglomération
Savon de Marseille
500  x 35 cm ∅
Menton, les désolées
2019 installation in situ 
Exposition la Belle et la Bête, Musée Jean Cocteau, Menton 
Roses rouge fraîches plâtrées, fer à béton, marbre